Des dirigeantes canadiennes sonnent l’alarme face à la crise des services de garde

La crise menace l’avenir de l’économie et des femmes qui y contribuent, explique Le Projet Prospérité

TORONTO, le 12 avril 2021 – Un groupe diversifié de dirigeants canadiens affirme qu’il est temps de reconnaître l’urgence que représente l’absence de services de garde et d’éducation de la petite enfance dans l’ensemble du Canada et demande au gouvernement fédéral de régler le problème.

Dans une lettre ouverte à la ministre Chrystia Freeland et à six autres ministres fédéraux signée par des responsables des politiques publiques et des chefs de file du monde des affaires dans tout le pays, le Projet Prospérité demande la mise en place d’un système d’apprentissage et de garde des jeunes enfants dans toutes les régions du Canada répondant aux besoins des parents qui travaillent, citant des douzaines de recherches qui soulignent le nombre exponentiel de femmes qui quittent le marché du travail en raison des pressions attribuables à la pandémie. Goldy Hyer, président et chef de la direction du Conseil canadien des affaires, Margaret McCain et Sara Austin, fondatrice de Children First Canada, se joignent au Projet Prospérité pour soutenir cette initiative.

« Nous sommes des mères, des femmes blanches, des femmes noires, des femmes de couleur et des femmes autochtones. À titre de dirigeantes, nous devons agir, car les difficultés vécues durant la crise ne sont pas partagées de façon équitable. Sur le marché du travail, nous sommes témoin des conséquences néfastes de la pandémie sur les femmes, alors que certaines n’arrivent plus à trouver la voie de la prospérité et qu'il devient de plus en plus évident que d’autres femmes n’auront jamais l’occasion de participer au marché du travail », explique Pamela Jeffery, fondatrice du Projet Prospérité, un organisme sans but lucratif créé au début de la pandémie pour faire en sorte que les Canadiennes ne soient pas laissées derrière au moment de la reprise suivant la COVID-19.

Le Projet Prospérité appuie la création d’une nouvelle plateforme d’apprentissage et de garde des jeunes enfants pour les enfants et les familles à l’échelle du Canada qui tirerait parti des éléments suivants :

  • des principes directeurs communs affirmés dans l’ensemble des administrations de manière à mettre l’accent sur la qualité, l’accessibilité et le caractère abordable des services;
  • un financement stable à long terme national alloué pour « subventionner les services », incluant la formation, le recrutement et le maintien en poste de professionnels bien payés, et qui offrira des perspectives professionnelles attrayantes au personnel de l’éducation de la petite enfance, composé principalement de femmes;
  • un processus continu d’analyse comparative, d’évaluation et de planification pour faire le suivi des résultats issus des programmes d’apprentissage et de garde des jeunes enfants et assurer le respect des principes directeurs; et
  • un accès équitable à des programmes de grande qualité et adaptés sur le plan culturel pour les enfants des Premières nations, Inuits et Métis qui n’atteignent pas, bien souvent, les indices minimaux au chapitre des déterminants sociaux de la santé.

« Il ne peut y avoir de relance économique si les femmes ne retournent pas au travail. Celles-ci ne peuvent même pas sortir de chez elles si elles n’ont pas de services de garde à leur disposition. La hausse du taux de participation au marché du travail — comme celui que l’on observe au Québec — et l’amélioration notable des résultats sur la santé et le bien-être des enfants justifient amplement les coûts à assumer », affirme Katie Taylor, coprésidente du Groupe consultatif sur les services de garde et d’éducation de la petite enfance du Projet Prospérité.

À propos du projet Prospérité

Lancé en mai 2020, le Projet Prospérité est un organisme sans but lucratif dirigé par des bénévoles qui a été conçu et lancé par un groupe diversifié de 62 dirigeantes provenant de partout au pays; des femmes qui, historiquement, ont fait une différence et se sont engagées à continuer à promouvoir le changement positif en participant activement au Projet Prospérité.

L’organisme a été fondé et est dirigé par Pamela Jeffery, fondatrice du Women’s Executive Network et du Conseil canadien pour la diversité administrative. Le Projet Prospérité agit afin d’établir un lien explicite entre les femmes et la prospérité en vue de souligner l’importance économique de l’égalité des sexes dans le cadre de la période de relance qui suivra la COVID-19. Parmi les initiatives du Projet Prospérité, notons un programme de jumelage qui connecte les organismes sans but lucratif à l’expertise du milieu des affaires afin de soutenir les compétences et l’expertise de ces organismes, une initiative inspirée par « Rosie la riveteuse » qui vise à inspirer les femmes et à leur donner du pouvoir, des sondages pancanadiens trimestriels et un bulletin trimestriel sur la diversité et le leadership en matière de genre.

Consultez le site Web du Projet Prospérité à www.canadianprosperityproject.ca.

Personne-ressource :

Lindsay Ranson
lindsay.ranson@canadianprosperityproject.ca
(613) 292-6630